Diges, Vendredi 27 Novembre 2020, 4 °C, Ensoleillé
| A partager sur
Mairie Commune Diges Puisaye Yonne
Mairie Commune Diges Puisaye Yonne
Mairie Commune Diges Puisaye Yonne
Mairie Commune Diges Puisaye Yonne
Mairie Commune Diges Puisaye Yonne

L'Histoire et le Patrimoine de la commune de Diges

La Commune de Diges est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté. Les habitants appelés Digeois et Digeoises sont au nombre de 1 186 habitants répartis en 62 hameaux dispersés sur 3600 hectares dont 1000 hectares de bois, essentiellement des feuillus avec un grand nombre de châtaigniers.

Diges, comme la grande partie de la Puisaye, a été la propriété de Saint-Germain qui en fit don à son église cathédrale.

A la fin du Xème siècle, une nouvelle donation la fait passer sous la dépendance de l’abbaye Saint-Germain d’Auxerre, et elle y restera jusqu’à la Révolution.

Au XIIème siècle, pour protéger son domaine des ambitions des féodaux voisins, en particulier des barons de Toucy, l’abbé Gervais fit entourer de murailles le village de Diges et à l’intérieur bâtit une forteresse de plan quadrangulaire, cantonnée de quatre tours rondes et entourée de fossés. De ces quatre tours, il en demeure trois.

Ce château, inscrit à l’inventaire des monuments historiques depuis 1931, était la résidence des moines ou de l’abbé lorsqu’ils venaient à Diges, principalement pour y recevoir les dîmes.

En 1404, pendant la guerre de Cent Ans, Diges fut pris et pillé par les Anglais.

Le château, restauré en 1576, eut encore à souffrir des troubles des guerres de Religion et de la Fronde.A l’intérieur des murs du château, il existait une chapelle remplacée, fin XIIème siècle, début XIIIème, par une église, reconstruite au XVIème siècle.

Les constructions sont de grès ferrugineux, ce qui leur donne un cachet austère, mais typiquement poyaudin. La façade de l’église est de pierre blanche.

La plus grande richesse du pays fut l’exploitation de l’ocre. Les gisements de Sauilly, qui fournissaient une ocre de qualité, furent fermés en 1936.

L’église Saint Martin

A l’intérieur de l’enceinte du château fut construite, selon la coutume, une chapelle. Elle fut détruite à une époque non déterminée et remplacée par l’église actuelle.

« Le chœur par ses piliers – dosserets à triple colonnette – est presque du XIIIe siècle, mais ses chapiteaux sont plutôt du XIVe comme les baies du sud. Or, ces chapiteaux sont surmontés d’un entablement XVIIe ; tout le reste date de la fin du règne d’Henri IV, avec son portail cintré sans linteau, orné de colonnes cannelées de l’ordre grec, mêlé de niches, de galbes ou voussures, le tout surmonté d’un entablement et de baies géminées flanquées de colonnes ioniques ».

« Le Maître-Autel provient de l’ancienne abbaye. Le retable a disparu ; le tabernacle en marbre a sa porte en cuivre repoussé représentant une « Cène » (XVIIIe). Un Christ en pierre tient l’Agneau couché dans les sept sceaux, pieds nus (XIVe).

On voit aussi une Sainte Face sculptée ; deux beaux bénitiers de l’ancienne église posés sur une colonne dorique (pierre) ; enfin un magnifique baptistère à godrons Louis XIII, décoré de trois bracelets et d’oves, sculpté de consoles Renaissance aux angles, avec une base ornée de griffes.

Dans le sanctuaire de l’église, un ex-voto de 1760 rappelle les ravages causés à l’époque par une maladie contagieuse : la peste.

On voit également une pierre tombale au nom de Jean de la Loge, Receveur de rentes à Diges (1715).

L’église est adossée au logis abbatial ; le tout est dominé par le clocher, lourd d’aspect, mais qui s’harmonise avec les cheminées du château.

Des deux cloches, l’une, fêlée, a été refondue en 1841 par Cauchois et A.Voillemain sous l’administration de Monsieur Cl. Berthellot, maire de Diges, et Monsieur Antoine Maison, trésorier de la Fabrique. Elle a été bénie par Monsieur Edme J.B. Gaillard, curé, et nommée Julie, Zoé.

La couverture du clocher a été refaite en 1933-1934, puis le clocher et le beffroi ont été restaurés en 2007.

L’électricité a été installée dans l’église pour la fête de Noël 1953.

Propriété de la commune, l’église a été inscrite à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques en 1931.

Depuis le décès du dernier curé de Diges, en septembre 1973, la paroisse est rattachée à celle de Pourrain.

Extrait d’un document : Histoire de Diges Préfacé par Léon Noël, Ambassadeur de France, Membre de l’Institut.